l'autre LIVRE

Anthropologie existentiale

de Albert PIETTE

Professeur à l’Université de Paris X - NanterreMembre du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (Paris Nanterre - CNRS) et membre de l'Institut Marcel Mauss (EHESS-CNRS).

Il est également le directeur de la collection "Anthropologiques"; Cette collection est partie d’un constat. Les sciences sociales qui ont pour objet d’étudier la vie collective des individus se détournent, au cours du processus de recherche, de ce qui est pourtant la cible inéluctable de leur regard : l’homme comme présent et existant. Ainsi, à travers cette collection, l’objectif est de promouvoir des ouvrages qui, sur base du savoir-faire méthodologique des sciences sociales, en particulier d’observations rapprochées, entrent en résonance avec d’autres disciplines comme la philosophie, les sciences cognitives, la préhistoire, l’éthologie ou la primatologie, pour construire une anthropologie, science de l’homme.



Depuis plusieurs années, en photographiant les détails de la vie, en réfléchissant su rles méthodes d'observation ou en analysant le fait religieux, Albert Piette construit un travail véritablement anthropologique qui affronte directement la spécificité humaine plutôt que la diversité des cultures.
Dans ce livre, il commence par une comparaison des modes de présence des hommes et des singes et constate que la particularité des humains est la présence-absence et l'attention détachée. L'homme serait-il le seul animal à être minimal? Albert Piette s'interroge alors sur les origines de cette caractéristique à travers un détour dans les sites préhistoriques, commes les abris d'Homo erectus et les sépultures de l'Homme de Neandertal. Progressivement, les étapes-clés de la généalogie de la minimalité apparaissent : l'habitat, les objets, la perception subsidiaire, le langage, le marquage social et l'acte de croire. Albert Piette fait ensuite de cette caractéristique humaine un argument pour repenser l'anthropologie selon deux axes principaux: la méthode phénoménologique à travers l'observation rapprochée du cours de l'existence des hommes mais aussi d'autres êtres (comme les dieux, la société ou les animaux) et l'anthropologie existentiale comme théorie des modes d'exister, articulant action et présence.
Le livre se termine par une "rêverie" anthropologique qui montre l'enjeu éthique de ne pas oublier cette originalité de l'homme minimal et la nécessité d'une pédagogie de la minimalité.
 

Sommaire

Hommes et singes : questions de présence et d’absence 11

Portrait de l’homme minimal

Quand les singes rappellent comment (ne) sont (pas) les hommes

La différence

Généalogie de la minimalité

Le monde latéral

La naissance de l’être collectif

Homo sapiens sapiens et l’acte de croire

Minimalité et virtualité : l’anthropologie existentiale

Instants de présence
• Rythme et imbrications
• Effets, tissu et maillage
• États d’esprit
• Le minimum du minimum
• Présence de la société

Phénoménographier, c’est plus qu’observer

Homo religiosus ou la minimalité en acte

Rêverie d’un anthropologue

La connaissance des commencements

Cultiver l’intervalle

Bibliographie

 

Fiche technique

Prix éditeur : 20,00 €


Collection : Anthropologiques

Éditeur : PÉTRA

EAN : 9782847430233

ISBN : 9782847430233

Parution :

Façonnage : broché

Pagination : 185 pages